Plâtre.com
Custom Decorative Plasters

Technical specification

P.O. Box 450163
Dubai, UAE
Tel : +971 50 281 48 44
http://www.platre.com
Spécifications techniques de Pétrus

PétrusRestauration de pierre de taille par application de mortier métallique et taille classique.

1. DESCRIPTION DU PROCEDE

1.1. Principe

Système destiné à recharger tout élément en pierre de taille, avec un matériau dont les caractéristiques physiques et visuelles sont identiques au matériau d’origine.
Il s’agit d’un mortier métallique bi-composant qui vient remplacer les parties manquantes.
Après durcissement, le produit est retaillé suivant les procédés classiques de la pierre.

1.2. Domaine et limites d’emploi

La nature des mortiers métalliques permet de recharger les pierres calcaire (y compris le tuffeau et la craie) ou siliceuse (y compris le grès) de construction, en intérieur comme en extérieur, à l’exclusion des pierres froides (marbre) et des parties ou éléments à base de liants chaux ou plâtre.
Il peut également être utilisé sur support hydraulique ou sur terre cuite.
Il peut également être utilisé en rejointoiement de la pierre de taille.
Dans les cas où il doit être coulé, la géométrie des pièces doit être compatibles avec ses caractéristiques mécaniques.
Il ne peut être utilisé que pour les réparations dont la plus petite dimension (en particulier l’épaisseur) est supérieure à 10 mm.
Il ne doit pas être utilisé en sol.

1.3. Constitution du système

Le mortier métallique est un produit bi-composant :
· Poudre métallique.
· Liquide métallique.

2. MISE EN OEUVRE

2.1. Choix du mortier métallique

Suivant la pierre à recharger, il convient d’abord de choisir la poudre métallique la plus adaptée.
Ce choix se fait visuellement à l’aide d’échantillons témoins.
On choisit une poudre métallique :
· dont le grain est semblable à celui de la pierre à recharger
· dont la couleur est aussi proche que possible de la couleur de la pierre à recharger tout restant plus claire que la plus claire des parties à recharger.
· dont les caractéristiques techniques sont aussi proche que possible de celles de la pierre d'origine (sauf dans le cas du rejointoiement où l'on choisira un mortier plus tendre que celui de la pierre à réparer :
on utilisera alors 2 mortiers : l'un pour la réparation, puis l'autre, plus tendre, pour le rejointoiement).
Ce choix doit être validé par le maître d’ouvrage ou son représentant.

2.2. Préparation du support

Les pierres doivent être purgées de toutes leurs parties malsaines ou non solidaires. Elles doivent être également nettoyées de toute couche éventuelle (par exemple peinture, salissures ou mortier de ragréage), par grattage ou décapage.
Si la pierre est atteinte de farinage, on procède d’abord à une reminéralisation avec un ester silicique (Pétra Minéral).
Les balèvres doivent être arasées pour obtenir des arêtes droites et franches, si possible avec une contre-dépouille. En particulier, les recharges se terminant en biseau de moins de 1 cm d'épaisseur sont exclues.
Les supports doivent être propres et dépoussiérés.
Dans le cas de reprises de plus de 2 cm d’épaisseur, on met en place un goujonnage, en laiton. Les goujons seront reliés entre eux par un fil de laiton.
Il convient de protéger les éléments en métal, aluminium, zinc ou cuivre. En cas de projection sur ces éléments, nettoyer à l’eau.

2.3 Préparation des ingrédients du mortier

On choisit les proportions de liquide et de poudre en fonction de la dureté de la pierre. La tableau suivant résume les cas les plus courants, mais il sera toujours procédé à des essais réels, jusqu'à obtention de la dureté de la pierre d’origine.
Nous attirons l’attention sur le fait qu’un même chantier peut présenter des pierres de dureté différente, suivant les fonctions (les nez de balcons sont beaucoup plus durs que les surfaces d’étage) et suivant l’emplacement (la dureté diminue généralement du bas vers le haut des bâtiments).
Il sera procédé à autant de dosages qu’il y a de types de pierre.
La dureté peut se règler par la quantité de liquide à mettre dans la poudre : moins on met de liquide, plus la pierre est dure.
Type de pierre Dureté Vitesse du son Quantité de liquide pour un kg de poudre
Tuffeau Tendre 1,5 m/s 500 g de liquide
Saint Maximin Demi-ferme 2,3 m/s 450 g de liquide
Saint Maximin Ferme 2,6 m/s 350 g de liquide
Euville Ferme 2,9 m/s 320 g de liquide

On procède ensuite à la mise à la teinte exacte de la pierre à recharger.
On utilise exclusivement les mêmes pigments que ceux utilisés en fabrication. La mise à la teinte se fait à sec par comparaison in-situ avec la pierre à recharger, en veillant à avoir des mélanges homogènes.

2.4 Application du mortier

Chaque pierre est réparée séparément. En particulier, on doit respecter les joints et ne pas souder les pierres entre elles. Le rejointoiement est réalisé ultérieurement avec un produit adapté (par exemple Pétrus joint ou Pétraline).
Le support est humecté avec du liquide métallique, sauf le support est une pierre à faible porosité. En particulier, le liquide métallique ne doit pas former une pellicule en surface avant application.
On gâche la quantité juste nécessaire (cf. tableau de proportion ci-dessous), en versant le liquide métallique dans la poudre métallique.
On mélange immédiatement jusqu'à obtenir un mélange homogène. On applique le mortier dès que celui-ci a atteint une consistance suffisante, à l’aide d’une truelle. Pour les reprises en épaisseur importante, on charge par passes successives sans temps d’attente entre passes. Pour les épaisseurs supérieures à 5 cm, on applique une première couche de 5 cm, puis une deuxième couche dès raidissement et grattage de surface de la première couche.
Puis, dès raidissement de la dernière couche, à l’aide de la truelle sur chant, on gratte la surface afin d’ouvrir le réseau capillaire. Pour l'utilisation en rejointoiement, la mise en oeuvre est identique.

2.5 Précautions d’emploi

Le mortier métallique ne doit pas être utilisé à une température inférieure à 5° C, ni en plein soleil ou sous la pluie.
Ne pas rebattre le mortier dans l’auge, lorsque son durcissement a commencé.

2.6 Taille du mortier

Lorsque le mortier est suffisamment dur, on procède au rejointoiement. On peut ensuite retailler le produit à l’outil en suivant les techniques classiques de la pierre suivant l'aspect recherché (chemin de fer, gradine, sablage, etc...). On dépoussière après finition.
Le complet séchage du produit demande environ une semaine.
Dans le cas de travaux intérieurs, il faut veiller à une ventilation correcte du local.
Il ne sera procédé à aucun travaux, ni traitements de surface tant que le mortier n’est pas parfaitement sec.

Version 0

Other products' documents

DécoSystème